Saisie des REX

Visualisation du REX


    Retour Liste  |  Retour
Retour d'Expérience - ULM (id=5977)
Date Vol : 27/06/2013
Fonction : Pilote
Météo : Favorable
Appareil:  Autogire
Equipements :
Radio
Transpondeur
GPS
Nature du vol :
de l'initiation
du local
Nature vol autre:
Phase du vol : au décollage
Phase vol autre:
 
Catégorie: Procédures
  Type(s) des évènement(s) :
 
  Catégorie(s) d'accident :
 
Perte de contrôle en vol
  Dégats : Non
 
  Description :
  A la fin d'une série de vols d'initiation, au décollage, l'autogire peine à accélérer lors de son palier, alors que les paramètres sont bons, et a tendance à s'enfoncer vers le second régime. Interruption du décollage, redécollage après check-list (y compris frein rotor), en actionnant le turbo et prélançant plus fort, même sensation. Manoeuvre légère du frein rotor, libération de la machine qui retrouve ses paramètres, la manette de frein rotor a certainement été oubliée au premier décollage, et manoeuvrée ensuite en position opposée à celle attendue. La luminosité extérieure rendait le témoin Brake illisible.
  Commentaires :
  Modification de la procédure mentale de check décollage en changeant Frein rotor libéré en levier de frein rotor dans le sens de la marche pour éviter toute manœuvre opposée au résultat attendu.
  Enseignement :
  Erreur probable au premier décollage : oubli d'enlever le frein, lié à une check effectuée en roulant pour l'alignement. Si un problème a bien été identifié et a conduit à une interruption du décollage, la cause a été imputée à une mise au second régime par erreur de pilotage, à défaut d'autre raison identifiée. Précaution de remonter la piste, de prélancer plus fort, d'enclencher le turbo, et de réaliser une check méticuleuse (mais pas totalement pertinente). En effet, après l'interruption, le levier de frein avait été manœuvré en fin de ralentissement rotor pensant arrêter le rotor, pour en fait le libérer. Une fois aligné, la check frein rotor desserré a conduit à manœuvrer le levier à contre, enclenchant le frein au lieu de le déclencher. Le voyant étant illisible en plein soleil avec des lunettes de soleil, le résultat n'a pas été détecté avant le décollage. Au décollage un peu meilleur (les tours rotor étaient présents) mais en dessous des paramètres attendus (le taux de montée était anormalement faible), une légère action sur le levier a entrainé la libération du rotor avant d'atteindre la fin du palier au dessus de la piste, permettant de reprendre un vol normal.
Pas de point de règlementation. COMMENTAIRE DU MODERATEUR : La procédure de prélancement et de mise en vol des autogires est relativement complexe et précise. Les pilotes sont en outres confrontés au fait que les autogires présentent une très grande diversité suivant les modèles, dans la conception des commandes auxiliaires. Et cela implique en particulier celles du frein et de l'embrayage de prélancement du rotor, en fonction de la technologie plus ou moins complexe adoptée par chaque constructeur. NB: le second régime pour les voilures tournantes répond à des principes qui ne sont pas strictement identiques à ceux décrits pour les appareils à aile fixe, les notions d'incidences de sustentation maximum et de décrochage au regard de la vitesse anémométrique n’intervenant pas de la même façon. Le pilote d'un appareil à voilure tournante confronté à une impossibilité de s'élever au-dessus de l'effet de sol au décollage alors que la puissance et le nombre de tours rotor sont bons,aura intérêt à contrôler son devis de masse au regard es conditions de vent et de température. Dans tous les cas, interrompre le décollage si le comportement de l'appareil ne semble pas nominal est la bonne décision, sous réserve que le terrain et son environnement immédiat le permettent.


ISImage ® est une marque de la société ISI
contact : Vincent Wartelle +33 (0)6 70 07 75 49 - email: vincent.wartelle@isimages.com
 

Server REX - 23-Feb-2017